L’entreprise HysetCo, qui détient la flotte de taxis hydrogène Hype (membre de NextMove), a annoncé le rachat de l’opérateur parisien Slota. Sa flotte de 600 véhicules diesel passera progressivement à l’hydrogène.

La flotte de taxis hydrogène s’agrandit à Paris. HysetCo – fondé par plusieurs entreprises dont Air Liquide, la Société du Taxi Électrique Parisien (STEP) et Toyota et qui assure le développement des taxis hydrogène Hype – a annoncé mardi 19 janvier l’acquisition du groupe Slota. Dans le cadre de ce rachat, la flotte de 600 véhicules de cet opérateur de taxis parisien « sera progressivement remplacée par des Toyota Mirai » équipées de piles à combustible, indique HysetCo dans un communiqué.

De quoi doubler la flotte de Hype, qui s’était fixé pour objectif d’atteindre les 600 véhicules en service d’ici la fin de l’année 2020. Une opération qui s’inscrit dans le cadre d’une levée de fonds de plus de 80 millions d’euros réalisée par HysetCo et Hype « grâce à l’arrivée de quatre nouveaux partenaires financiers : RGreen Invest, Mirova, Raise Impact et Eiffel Investment Group » est-il précisé dans le communiqué.

Vingtaine de stations de recharge

En plus du rachat de la société Slota, cette levée de fonds doit permettre de poursuivre le déploiement de stations de recharge hydrogène dans en Ile-de-France. D’ici à 2024, HysetCo dit prévoit d’opérer une vingtaine de stations de recharge dans la région. Une progression nette par rapport à la poignée de bornes publiques présentes en Ile-de-France, dont deux sont implantées dans les aéroports d’Orly et de Roissy.

Pour les observateurs, la mobilité hydrogène concernera en priorité les poids lourds, bus et utilitaires. De nombreux industriels français se sont positionnés sur ce créneau. Notamment les équipementiers français, à l’image de Michelin et Faurecia dans le cadre de leur coentreprise Symbio, ainsi que Plastic Omnium. Côté constructeurs, Toyota et Hyundai misent depuis longtemps sur cette technologie, tandis que Renault commence à déployer son offre dans l’utilitaire avec un partenaire américain.

Crédit photo © Julien Tragin