Coronavirus : comment Acome a volé au secours du réseau téléphonique

2 avril 2020

La crise du Covid peut avoir des incidences surprenantes. Alors que l’on croyait le fil de cuivre renvoyé au rayon des accessoires démodés, ringardisé par la fibre optique, la coopérative normande Acome a du remettre en route, en urgence, ses lignes de production de câble cuivre à la demande d’Orange. Confronté à une sursollicitation de ses réseaux, l’opérateur a, en effet, jugé prudent de réalimenter ses stocks de sécurité pour prévenir d’éventuelles pannes.

«C’est un produit que nous avions un peu perdu l’habitude de fabriquer, mais nous avons honoré des commandes express pour d’énormes câbles de mille paires qui ont été acheminées par camions sur des tourets de cinq tonnes »

Jacques de Heere, PDG d’Acome

Des contrats bienvenus pour la coopérative dont l’activité fonctionne au ralenti du fait de l’arrêt des chantiers du plan très haut débit et de la fermeture de la plupart des usines automobiles à qui elle fournit habituellement des câbles de puissance à hauteur de 40 % de son chiffre d’affaires.

Nota : pour pallier la fermeture de ses deux câbleries de Wuhan aujourd’hui en phase de redémarrage, le site de Mortain a également acheminé, ces dernières semaines vers Pékin et Shanghai, plusieurs dizaines de milliers de kilomètres de faisceaux électriques. Destination : les constructeurs automobiles chinois et allemands localisés hors de la province du Hubei chez qui la production a repris depuis mi-février.

Source : Paris Normandie