Se positionner sur le marché de l’électronique de puissance : une ambition forte portée par la PFA et NextMove

9 juillet 2021

Mobilité à faible empreinte environnementale

L’électronique de puissance est un enjeu majeur des filières automobiles et électroniques qui doivent se positionner sur le marché européen dans les trois prochaines années. Nécessaire pour les véhicules hybrides et électriques, l’électronique de puissance fait le lien entre la batterie et le moteur électrique. Pour faire fonctionner le véhicule, cette technologie transforme du courant continu en courant alternatif pour piloter le moteur électrique, du courant alternatif en courant continu pour recharger une batterie, ou convertit la tension pour le réseau de bord.

En quoi consiste l’initiative portée par la PFA et NextMove sur l’électronique de puissance ?

D’ici 2030, toutes les voitures vendues seront électrifiées (qu’elles soient hybrides ou électriques). L’électronique de puissance sera présente dans chacune d’entre elles. Ainsi, si l’électronique de puissance ne représente aujourd’hui que 10 % du marché automobile, dans neuf ans, ce sera 100 % du marché des constructeurs et équipementiers qui auront besoin de cette technologie. Cette initiative nationale est portée par la Plateforme Française Automobile (PFA) et quatre pôles de compétitivité dont NextMove (pour la Normandie et l’Île-de-France), ID4CAR (pour le Grand-Ouest), CARA (pour le Rhône-Alpes et l’Auvergne) et Pôle Véhicule du Futur (pour le Grand-Est) qui se sont mobilisés pour relayer la dynamique autour de l’Électronique de puissance auprès de leurs réseaux pour pouvoir mettre en place des projets innovants dans ce domaine le plus rapidement possible.

En effet, le marché subit actuellement une croissance exponentielle et il est important de se positionner dans les trois ans qui viennent. Face à ces mutations technologiques, toute la profession automobile mondiale est sur la même ligne de départ. Pour le moment, la France est un acteur bien positionné et il s’agit d’une véritable opportunité pour prendre une part de marché importante au niveau européen. Toutefois, la France et l’Europe ne sont pas les seules à avoir compris l’enjeu de l’électronique de puissance. La Chine et les États-Unis sont nos principaux concurrents, raison pour laquelle nous n’avons que trois ans pour bien mettre en route notre industrie.

Nous avons mobilisé les constructeurs et équipementiers, mais également les laboratoires de recherche. Nous avons créé un comité d’experts pour analyser ces projets et pour permettre leur labellisation par les pôles de compétitivité comme NextMove. Cette labellisation est un atout majeur pour obtenir des financements et des subventions.

Les enjeux de l’électronique de puissance ont été bien compris au niveau du monde industriel, de la recherche et des services de l’État.Rémi BASTIEN, Président de NextMove

Quatre groupes de travail ont été mis en place : sur la standardisation et le benchmarking, sur les compétences et emplois à créer, sur l’analyse du cycle de vie des équipements fabriqués et enfin sur la manière de connecter cette action au niveau français et européen pour obtenir des financements à des niveaux plus élevés.

Quelle part de marché représentera l’électronique de puissance dans une décennie ?

Nous souhaitons que les acteurs français soient pionniers sur la technologie, mais soient également capables de mettreen place l’outil industriel pour se positionner sur le marché européen dès 2025. Le marché européen représente en 2021 environ 1,6 milliards d’euros. Pour 2030, ce même marché représentera 10 milliards d’euros et 100 % du marché de la construction automobile. Il s’agit d’une conséquence directe des nouvelles réglementations de réduction de CO2 de plus de 30 % qui touche les constructeurs, puisque la seule façon d’y arriver c’est d’électrifier les véhicules. Ceci est notamment valable pour l’Europe et la Chine. Pour les États-Unis, ces réglementations sont à ce jour en discussion.

Comment sont financés les projets innovants concernant l’électronique de puissance ?

Tous les financements de recherche et développement pour la filière automobile sont fédérés autour du dispositif du CORAM (Comité d’Orientation pour la Recherche Automobile et les Mobilités). En 2020, 27 projets ont été retenus, dont 8 sur l’électronique de puissance. Le budget global des aides représentait 150 millions d’euros et environ 25 % ont été alloués à l’électronique de puissance. Le développement de cette technologie pourra également bénéficier du plan de relance au niveau européen qui vise à soutenir la création d’activités respectueuses de l’environnement. Nous travaillons également étroitement avec les autorités françaises pour placer un volet sur l’électronique de puissance dans le prochain IPCEI (Important Projects of Common European Interest) dédié à l’électronique.

2,5 milliards d'eurosC’est l’ambition française de prendre le quart du marché européen en 2030

PFA - Filière Automobile & Mobilités

OBJECTIFInvestissement R&D de 300 millions d’euros sur plusieurs années PARTENAIRESGROUPE RENAULT, VALEO, STMICROELECTRONICS, VITESCO Technologies, Serma Technologies, EFI Automotive, Emotors, IFPEN, NXP, UVSQ, ELVIA, CIRTEM, INVENTEC, CEA, VEDECOM, ESTACA, IRSEEM-ESIGELEC, UNIVERSITÉ GUSTAVE EIFFEL