Les initiatives du Groupe Renault face à la crise du COVID-19

2 avril 2020

Dons, mise à disposition de véhicules, fabrications de visières et contribution à la fabrication de respirateurs : partout dans le monde, les équipes du Groupe Renault se mobilisent. 

Face à la crise du COVID-19, un élan de solidarité fort a rapidement pris forme au sein du Groupe Renault. De l’Espagne au Maroc, de la Roumanie à la France, l’entreprise dans son ensemble s’est engagée au travers d’actions concrètes de dons ou prêts de véhicules, tout en initiant des projets de fabrication de matériel essentiels pour lutter contre la propagation du virus ou venir en aide aux malades.

Des actions utiles aux soignants

Dès la semaine du 13 mars, plusieurs sites industriels en France mais aussi en Espagne, au Portugal ou en Slovénie ont ainsi fait le don d’environ 120 000 masques à destination des soignants. Ces masques proviennent des stocks des usines initialement prévus pour des opérations de maintenance.

A Flins (France), ce sont 300 combinaisons utilisées normalement en peinture qui ont été offertes aux équipes de l’Hôpital Mignot de Versailles, principal établissement de réanimation de l’Ouest parisien.

Alors que l’activité hospitalière connaît un rythme sans précédent, les prêts de véhicules permettent également de soulager ceux qui sont engagés aux côtés des malades. En Suisse, 100 Renault ZOE ont été mises à disposition de plusieurs organisations d’urgence (Croix-Rouge, Spitex et Pro-Senectute) par le réseau de distributeurs. Le Ministère de la Santé Roumain s’est vu confier une centaine de voitures Dacia ou Renault, au bénéfice des personnels hospitaliers. Au moment même où dans d’autres pays, des services d’autopartage partenaires du Groupe proposent au corps médical d’utiliser leurs flottes : c’est le cas au Danemark avec le prêt de 400 véhicules électriques du service Green Mobility.

Les besoins peuvent également être forts sur le front du transport de malades. Au Maroc, 50 Lodgy, Trafic ou Master ont été spécialement transformés en ambulances pour faire face à la pandémie.

Des tasks force pour décupler l'impact des initiatives de solidarité

Si les dons sont essentiels et ont pu être activés très rapidement, d’autres initiatives, dans le domaine de l’ingénierie notamment, ont vu le jour. En Espagne, 120 employés du Groupe Renault ont créé le mouvement “Renault al rescate” (Renault à la rescousse). Une chaîne de solidarité s’est ainsi créée afin de réaliser des masques à l’aide d’imprimantes 3D. En seulement quatre jours, plus de 4000 d’entre eux ont été distribués aux hôpitaux et aux résidences de personnes âgées à Valladolid, Palencia, Malaga et Jerez. Une action similaire a depuis vu le jour au sein des équipes Renault au Brésil.

Le creative LAB de l’ingénierie au Brésil produit des masques avec ses imprimantes 3D à destination des services de santé.

Les imprimantes 3D sont également mises à contribution en France : l’hôpital Mignot à Versailles a reçu une vingtaine de prototypes de visières fabriquées à partir de ce matériel professionnel. Dès validation technique, 2000 visières seront fabriquées pour une distribution auprès de différents centres hospitaliers en France. Ce type de projet a été communiqué aux équipes roumaines, brésiliennes mais aussi de la région Afrique Moyen-Orient afin d’être rapidement répliqué partout où le Groupe est implanté. Et où les besoins sont criants.

L’usine Alpine de Dieppe (France), dont la production est stoppée depuis le 16 mars, a tenu à s’associer à cette solidarité nationale pour faire face à la crise sanitaire COVID-19. Elle a fait don de 300 masques et de 1000 paires de gants à différents services hospitaliers de la région : l’hôpital de Dieppe, le centre hospitalier Henri Becquerel de Rouen, les infirmières d'Offranville ou encore la Croix Rouge locale. Alpine a renforcé son aide en concevant également des visières de protection sur imprimante 3D.

Le mouvement "Renault al rescate" (Renault à la rescousse), une chaîne de solidarité créée par 120 employés du Groupe Renault pour produire des masques à l'aide d'imprimantes 3D. Ce partage de « best practices » en interne est aujourd’hui un levier essentiel : il est coordonné à travers des tasks-forces qui permettent de décupler l’impact d’une initiative locale. Les connaissances sont mises en partage, les avancées interne et externe exposées avec un seul objectif : gagner du temps dans la mise en œuvre opérationnelle des projets et favoriser un dimensionnement plus large.

La même démarche est à l’œuvre pour la fabrication de respirateurs. La perspective d’une pénurie de ce matériel essentiel en milieu hospitalier touche aujourd’hui un certain nombre de pays. Elle est au cœur des préoccupations du Groupe.

Renault a ainsi rejoint, aux côtés d’autres entreprises, l’initiative “Makers for Life”, implantée à Nantes. Objectif : fabriquer à très court terme 500 respirateurs. Des projets similaires voient le jour en Espagne ou en Roumanie. Le plus souvent collectifs, ils témoignent de l’importance d’une complémentarité des savoirs-faires et de l’intérêt du partage de données en open-souce. Le projet MUR “Minimal Universal Respirator », dans lequel Renault est investi, l’illustre-lui aussi pleinement. A chaque fois pour le Groupe, une même préoccupation : apporter son expertise industrielle au plus près des besoins concrets du terrain.

300 Zoé de Zity à disposition du personnel soignant en Île-de-France

Une étape importante a été franchie cette semaine en France pour venir en aide au personnel soignant parisien, particulièrement en première ligne.

300 ZOE de la flotte du service ZITY ont ainsi été allouées au personnel de l’APHP, en partenariat avec celui-ci. Les véhicules, garés à proximité de neuf hôpitaux parisiens, sont prêtés gratuitement aux soignants. Cette offre nominative a été rendue possible grâce à la création d’une plateforme de réservation intitulée « Hoptisoins » et qui compte déjà plus de 4000 inscrits. 301. Les neuf hôpitaux bénéficiaires :

  • Hôpital Avicenne à Bobigny 
  • Hôpital Beaujon à Clichy 
  • Hôpital Bicêtre à Kremlin Bicêtre 
  • Hôpital Bichat-Claude Bernard à Paris 
  • Hôpital Cochin à Paris 
  • Hôpital Européen Georges-Pompidou à Paris  
  • Hôpital Lariboisière à Paris 
  • Hôpital Saint-Louis à Paris 
  • Hôpital Universitaire Pitié-Salpêtrière - à Paris

20 ZOE supplémentaires vont également être déployées pour aider la Croix Rouge sur les secteurs de Paris et des Hauts-de-Seine.

Les concessionnaires s'engagent aussi

  • 1000 véhicules pour le personnel de santé

Le réseau de concessionnaires du Groupe Renault s’est lui aussi mobilisé pour faire face à la pandémie. 1000 véhicules de remplacement sont prêtés au personnel médical. Pour emprunter une voiture, la démarche est simple : remplir un formulaire en ligne, confirmer son identité et entrer en relation avec l’une des 150 concessions mobilisées en France.

Ces véhicules particuliers, habituellement utilisés comme véhicules de remplacement ou de location courte durée, sont disponibles sur 150 sites Renault Rent répartis sur l’ensemble du territoire national. Renault Retail Group, filiale de distribution du constructeur, et le Groupement des Concessionnaires Renault s’engagent au côté du Groupe Renault dans cette opération.

Un formulaire, disponible en ligne à l’adresse https://www.renault-rent.com/contact/pret-vehicule-personnel-soignant, est mis en place pour recueillir les demandes. Chaque demande est transmise à la concession Renault participante la plus proche du domicile du personnel soignant sollicitant un prêt.

Source : group.renault.com - Crédit photo © Groupe Renault